1.Avec ou sans laisse, pourquoi ça ne fonctionne pas pour tous?
2.Comment choisir son chiot, les 10 questions à poser à l’éleveur
3.La vision du chien
4.Types de collier pour chien
5.Problèmes de comportement communs aux chiens
6.Cohabitation chien – enfant
7.L’agressivité en général se présente en 3 phases
8.Le deuil animalier
9.L’entretien de votre chien
10.Les aliments toxiques pour les animaux
11.Les coup de chaleur
12.Les parasites de la peau
13.Les plantes toxiques 2
14.Les sports canin
15.L’odorat chez le chien
16.Savez quoi faire face aux chiens errants
17.Voyager avec son chien

 

AVEC OU SANS LAISSE, POURQUOI ÇA NE FONCTIONNE PAS POUR TOUS?

Il n’y a pas plusieurs raison pour un chien de tirer ou pas sur une laisse… au delà d’avoir une base d’obéissance, le chien a besoin que l’on veille à ses besoins primaires…

Un chien à qui on donne de l’exercice régulièrement, qui a la chance de courir libre dans un parc ou un champs ou dans le bois, est plus enclin à respecter nos besoins ou nos exigences lors des promenades que si il fait de la cage toute la journée et n’est pas sortie ensuite pour dépenser son énergie…
L’exercice est le besoin #1 des chiens dans nos maison. Puisqu’ils ne manque surtout pas de nourriture en vivant avec les humains ni de lits douillets, et d’autres plus que pas assez…. l’exercice devient le besoin auquel il ne faut pas ignorer.
Lorsque l’exercice est donné régulièrement, là on peut penser à faire un peu d’obéissance et lui montrer à ne pas tirer en laisse et rester près de nous sans laisse, et il le fera avec le plus grand des enthousiasme!
Il n’y a pas de secret pour un avoir bon chien…

 

COMMENT CHOISIR SON CHIOT, LES 10 QUESTIONS À POSER À L’ÉLEVEUR

#1 Depuis combien de temps faites vous de l’élevage?
#2 est-ce que le chiot est enregistré au Club Canin Canadien ou autre?
#3 Est-ce que je peux voir les papiers prouvant les test passés par les géniteurs?
#4 Puis-je voir où vous élevé et gardé les chiots?
#5 Qu’est-ce que vous espériez en accouplant ce mâle et cette femelle ensemble?
#6 À quel âge laissez vous partir le chiot pour sa nouvelle demeure?
#7 Est-ce que la mère est vacciné?
#8 est-ce que les chiots sont vendues avec vaccins et carnet de santé à l’appui?
#9 Quelle genre de garantie offrez vous?
#10 Est-ce possible d’avoir des références?

Les drapeaux rouges:

Il ne vous laisse pas voir les lieux où sont garder les chiots
Il ne peut fournir les test ainsi que les carnets de santé
Ne veut pas vous donner de référence
Vous offre de vous vendre non-enregistré un chien de race pure

 

LA VISION DU CHIEN

Mon chien voit il des couleurs?

Les chiens voient le monde un peu comme un daltonien, ils ne voient pas le vert et le rouge. Par contre le bleu et le jaune sont favorisés. Leurs vision des couleurs est plus pâle et beaucoup moins détaillé comparativement aux humains. Les chiens voient mieux que nous en périphérie mais moins en profondeur (distance). Par contre leurs vision de nuit est excellente pour apercevoir tout ce qui bouge, ce qui est en mouvement. Le chien est conçu et bien adapté pour chasser et trouver des proies la nuit, même camouflées.
L’acuité visuel du chien pour les détails est d’environ 6 fois moins que celle d’un humain.

Vision la nuit

Les chiens ont une meilleur vision la nuit car il ont une structure réfléchissante derrière la rétine appelée Tapetum Lucidum. Cela a pour but de projeter la lumière aux travers des cellules sensibles, l’envoyer vers l’arrière et ainsi augmenter la lumière qui réfléchit comme sur un miroir. (c’est ce qui rend les yeux brillant la nuit ou avec un flash photo)

Profondeur et champs visuel

A cause de la position de ses yeux, l’être humain a un champ d’environ 140 degrés, tandis que celui des chiens est d’environ 100 degrés .
La position de ses yeux a pour effet de restreindre la vision en distance mais par contre favorise la vision périphérique, ce qui est beaucoup plus important pour le canidé de savoir ce qui se passe autour de lui et non pas au loin…. il y a des exception sur la profondeur de vision selon la race. Ex: lévrier ont une vision lointaine au delà de la normal, ce qui en fait des chasseur visuel.. les moindre mouvement à distance ne leur échappe point!

 

TYPES DE COLLIER POUR CHIEN

(Les conseils suivants s’adressent aux personnes qui ont un Berger allemand de compagnie et non un chien de service.)

Il est important de bien choisir le collier selon la taille du chien et de son niveau d’activité, d’anxiété ou de réactivité. Il est préférable d’utiliser un collier de cuir pour un Berger allemand, car ce type de collier est plus doux, résistant et se moule bien au cou du chien, sans endommager sa fourrure. Les colliers martingales sont aussi bien recommandés, ils sont faciles à mettre, à enlever et à ajuster. Les martingales sont plaisantes aussi bien pour le maître que le chien. Les colliers de type licou (Gentle Leader étant le meilleur choix) permettent de mieux maîtriser votre chien s’il est plutôt actif ou réactif. Le harnais est préférable pour le pistage ou le tire de traîneau.
Aucun chien n’a besoin de collier étrangleur pour bien performer, quelque soit le type de collier étrangleur. Ce collier rend surtout l’apprentissage douloureux et rend plus difficiles les nouveaux apprentissages. Ce type de collier favorise l’agressivité.

POUR 
• Collier de cuir
•Collier en nylon
•Collier martingale
•Collier licou

•Harnais

CONTRE
• Collier a clous (Spike)
•Collier Triple Crown
•Collier étrangleur métal
•Collier électrique

À DISCUTER
•Collier citronnelle
•Halti
•Étrangleur en cuir ou nylon (chien avec cou plus gros que la tête)

 

PROBLÈMES DE COMPORTEMENT COMMUNS AUX CHIENS

(Activités indésirables)

Agressivité
Creusage
Mordillage
Saute sur les gens
Monte sur les meubles
Vol ou quête de la nourriture
Fugue
Coprophagie (mange ses excréments)
Destruction : meubles, objets et autres
Masturbation
Marquage intérieur
Vocalise, Jappements excessifs
Dépendance affective
Peur, méfiance, phobie
Malpropreté

Qui est fautif? Est-ce le maître ou le chien? La réponse….? Ni un ni l’autre et les deux en même temps!

Le maître n’est peut-être pas conscient des besoins essentiels de son chien, c.à.d. les besoins qui relèvent de ses instincts et que l’on ne peut pas changer. Si le chien a des besoins instinctifs et qu’il n’arrive pas à les combler, il les comblera de la façon qu’il trouvera et son maître en arrivera à les percevoir comme étant problématiques.

La réponse commune à tous ces comportements? L’activité… mais de quelle activité parle-t-on ? Les activités mentionnées plus haut sont des comportements indésirables et il faut les remplacer par des activités acceptables.

Il existe plusieurs activités instinctives, qui peuvent être indésirables ou acceptables:

Activité masticatoire (gruger un os ou un soulier)
Activité vocale (japper, hurler)
Activité sociale (rencontrer des étrangers, humains ou chiens)
Activité de chasse (courir après les mulots, la balle ou votre pantalon)
Activité alimentaire (manger ou vider la poubelle)
Activité sexuelle (soit l’accouplement naturel ou avec le coussin déco)
Activité locomotrice (bouger, sauter, marcher)
Activité de jeu (frisbee, balle, cachette)
Activité intellectuelle (solutionner des problèmes, découvrir l’odeur au milieu du divan…..)

Il y a beaucoup d’activités possibles à faire avec son chien…. Il s’agit de consulter un professionnel si vous manquez d’idées, il vous proposera plusieurs solutions pouvant vous convenir qui sauront combler les besoins instinctifs de votre compagnon.

 

COHABITATION CHIEN – ENFANT

Conseils aux parents, propriétaires de chiens

Un chien ne peut fonctionner qu’en chien, c’est à nous, humains d’apprendre à nous adapter à eux, d’apprendre à penser, à parler chien, afin d’avoir une cohabitation harmonieuse, sécurisée pour nos enfants et l’entourage plus généralement (copains, amis, famille)

En pratique cela implique :
•Ne pas laisser un bébé naissant, un enfant seul avec un chien, même si c’est le chien de la famille. Dans 71,2 % des cas le chien agresseur est connu de l’enfant et vit dans son environnement proche.
•Ne pas laisser votre enfant promener le chien seul.
•Ne pas laisser un enfant jouer avec son chien hors de la surveillance d’un adulte. La situation peut dégénérer du fait de l’excitation des deux. Comme cela arrive quelque fois entre deux enfants qui chahutent, mais en cas de dérapage les conséquences peuvent être bien pire.(38,5 % des morsures ont eu lieu au cours d’interactions habituelles avec l’enfant (caresses, jeux ..).
•Ne pas laisser un enfant se comporter avec un chien comme s’il était un jouet, une peluche, une poupée. Les morsures sont le fait de toutes les races, de la plus petite à la plus grande, de celle réputée « la plus gentille » à celle réputée « très agressive ».
•Ne pas tolérer les taquineries envers le chien, même si l’enfant ne pense pas à mal. (32,7 % des morsures au cours d’interactions inhabituelles (taquineries ou pendant le repas du chien…)
•Ne pas solliciter un chien quand celui-ci s’est retiré dans son aire de repos, de manière plus générale respecter ses moments de sommeil, de repos.
•Ne pas déranger le chien lors de son repas.
•Ne pas nourrir un chien seul mais en présence d’un adulte.
•Ne jamais laisser un enfant investir le lieu de couchage d’un chien (la réciproque est également vraie)
•Eviter le étreintes, cela est vécu par le chien comme une prise de pouvoir qu’il n’est pas forcément obligé d’accepter venant de la part d’un inconnu.

Enfin il est indispensable d’avoir du leadership le mieux possible au sein de la famille, ce travail de leadership commence dès l’arrivée du chien même si il est encore chiot. Pour qu’une bonne structure puisse se mettre en place, laissez tomber votre logique d’humain, suivez les règles d’une bonne stucturisation en logique chien…
•Vous êtes le premier à manger. (ne s’applique qu’en période chiot)
•vous gérez l’espace et les meilleures places de repos. (votre lit et la causeuse VOUS appartient!)
•Ne pas contourner un animal qui est dans le couloir
•Ne laissez pas votre compagnon passer en tête (ex : quand vous passez une porte…)
•Le leader est celui qui décide des “actions” au sein du groupe, les “actions” de jeux doivent donc venir de l’initiative du leader (idem pour les sorties, moments de liberté, etc…)
•Le langage des caresses à aussi son importance dans les relations de leadership. Ainsi, vous pouvez encore affirmer votre position (et en douceur…). La caresse doit être donnée (mais jamais à l’initiative du chien, il est simple de transformer la demande en récompense…). Il est conseillé de le caresser sur la gueule, le cou, la tête, les épaules (imitation du chien dominant qui place sa tête ou la patte sur les épaules ou sur le cou d’un sujet qui lui est inférieur, ….).
•Évitez les jeux de lutte et de tractions (qui peuvent laisser découvrir une faille chez le leader…)
•Décourager systématiquement TOUTES les tentatives de gérances du chien
•En résumé, rien ne sera acquis pour le chien. Il devra tout mériter.

 

L’AGRESSIVITÉ EN GÉNÉRAL SE PRÉSENTE EN 3 PHASES

la menace, la morsure et l’apaisement.

En voici différentes formes (phases variantes selon le cas):
– L’agressivité de dominance
– L’agressivité par irritation
– L’agressivité par peur
– L’agressivité territoriale
– L’agression de prédation
– L’agression maternelle
– L’agression redirigée
– L’agression apprise
– L’hyper agression

L’agression est généralement due à un manque de socialisation et d’éducation du chiot. Le chien agresse pour se défendre, pour sa survie. Pour comprendre ce qui s’est passé dans sa tête et ne pas reproduire le même schéma, il faut essayer de comprendre la situation et trouver la cause de l’agressivité. L’agression doit être étudiée au cas par cas car il n’y à pas de race plus agressive qu’une autre.

 

LE DEUIL ANIMALIER

Qu’est-ce que ça fait de la peine quand un animal, devenu un ami, nous quitte!

L’importance du deuil

Le deuil est un processus normal qui accompagne toutes les formes de séparation. Le problème avec le décès d’un animal, c’est que le deuil qui s’ensuit est souvent mal compris par les autres. «Ton chat est mort? C’est pas grave, achète-t’en un autre!» Allez-vous entendre parfois. Ceux qui n’ont jamais eu d’animaux ne comprennent pas qu’ils ont chacun leur personnalité propre, qu’il est possible d’avoir une réelle relation avec eux et que, quand ils nous regardent avec leurs grands yeux chaque fois qu’on leur confie un truc, on a vraiment l’impression qu’ils nous comprennent. La mort d’un compagnon qui avait une place aussi spéciale dans votre cœur représente une perte aussi importante que n’importe quelle autre. Alors ne vous sentez pas mal à l’aise d’avoir de la peine. Si les autres ne comprennent pas, tant pis.

Les étapes du deuil

Voici des phases qu’il est possible que vous traversiez à la suite du décès d’un animal que vous aimiez. Sachez que ces émotions sont tout à fait normales. Les connaître vous aiderons à les vivre plus facilement.

Le déni

Vous n’acceptez pas que le pire ait pu arriver: ça ne se peut pas qu’il soit parti! Laissez-vous vivre cette étape, mais apprenez tranquillement à accepter la mort de votre compagnon, même si c’est difficile d’y faire face.

La colère

Vous ressentez beaucoup de colère face à ce qui est arrivé. Vous essayiez de trouver un coupable. À ce stade, vous aurez tendance à vous montrer grincheux(se) envers les gens de votre entourage. Pourtant, c’est d’eux dont vous avez le plus besoin pour traverser plus facilement cette épreuve.

La culpabilité

Vous vous sentez coupable. Vous vous dite que vous auriez dû mieux vous occuper de votre animal et que si vous l’aviez fait, il serait peut-être encore en vie. Vous jugez que vous avez mal fait votre travail de bon maître. Sachez que le fait de vous sentir responsable ne changera rien à la situation. C’est bien que vous fassiez votre introspection, mais ne vous faite pas de mal inutilement. Vous n’avez pas de pouvoir sur le passé. Regardez en avant.

La tristesse

Vous vous sentez triste et vous avez envie de pleurer. Vous vous ennuyiez beaucoup de votre animal, car vous avez l’impression d’avoir perdu un ami, un confident, une partie de vous-même. C’est normal. Accordez-vous du temps pour vivre cette étape. Attention par contre de ne pas vous apitoyer sur vous-même. Continuez de faire des activités, ça vous permettra de vous changer les idées.

L’acceptation

Une fois que vous aurez accepté la perte de votre fidèle compagnon, vous vous sentirez beaucoup mieux. Vous garderez en mémoire tous les bons moments que vous avez passés ensemble.

Que faire pour traverser cette épreuve?
•Entourez-vous de gens qui ont de l’empathie pour ce que vous vivez. Ça ne vous aidera pas beaucoup si, en plus d’avoir de la peine, vous vous sentez incomprise.
•Expliquez à vos proches ce que vous ressentez. Ce que vous pouvez parfois percevoir comme de l’incompréhension de leur part n’est peut-être que de l’impuissance. Ils ne savent probablement pas comment agir avec vous. En leur expliquant comment vous vous sentez, non seulement cela vous soulagera d’un grand poids, mais vous permettrez aussi aux autres de comprendre ce que vous vivez.
•Rassemblez toutes les photos où votre animal apparaît et consacrez-lui un album dans lequel vous pourrez également écrire des commentaires, raconter des anecdotes le concernant, parler de ses petites habitudes qui vous faisait rire… Ainsi, vous savez que vous garderez toujours de bons souvenirs de ce que vous avez vécu ensemble.
•La perte d’un être cher peut être très difficile, car on ne le voit plus au quotidien. Dites-vous que votre animal vit dans votre cœur et que son passage dans votre vie représente un élément important de votre histoire personnelle.
•Même si vous n’avez envie de rien, continuez de participer à des activités. Ça peut s’avérer positif.

À éviter

Certaines personnes se consolent en adoptant un nouvel animal. Si vous vous sentez à l’aise avec cette idée, c’est votre choix. Par contre, il serait important que vous fassiez votre deuil avant. Les animaux ne sont pas tous pareils. Votre nouveau compagnon aura sa personnalité bien à lui et il se peut que vous soyez portée à le comparer à celui que vous avez perdu, et que vous soyez déçue s’il ne réagit pas comme lui. Donnez-vous la chance de pouvoir accorder une attention particulière au nouvel animal qui entrera dans votre vie. Et si jamais vous ne vous sentez pas prête à en avoir un autre, avertissez les personnes de votre entourage pour éviter qu’elles vous fassent un «cadeau» avec lequel vous ne seriez pas vraiment à l’aise.

 

L’ENTRETIEN DE VOTRE CHIEN

Il est important de faire un brin de toilette au chien, pas tous les jours mais par ex. une fois par semaine ou tous les quinze jours. La fréquence dépendra de chaque animal.

Au programe : Les oreilles – les yeux – les griffes – les dents

Les oreilles

Nettoyez-les avec un bout de coton sec ou imbibé d’un produit prévu à cet effet. Enlevez le surplus de cérumen dans l’oreille, et changez de coton lorsque vous passez d’une oreille à l’autre. Commencez au fond du conduit et avancez vers la sortie –ceci évite l’entassement des saletés au fond de l’oreille. Cotons-tiges : A proscrire !

Les yeux

Prenez un bout de coton sec et essuyez chaque œil doucement en partant de l’extérieur pour finir du côté intérieur de l’œil, en changeant le coton ; on n’utilise pas le même pour les deux yeux. Si les yeux sont sales, faites couler quelques gouttes de sérum physiologique dans chaque œil avant d’essuyer.

Les griffes

Elles se coupent avec un coupe-ongles pour chien. Coupez sans entamer la pulpe –partie rose que l’on peut voir à l’intérieur de l’ongle si celui-ci est de couleur claire. Sinon, allez-y petit à petit, vous apprendrez à connaître la bonne longueur des griffes.

Voici une indication pour vous dire si c’est le moment de tailler les griffes : Lorsque le chien se tient normalement debout, elles ne doivent pas toucher le sol.

Les dents

Une petite brosse à dents pour enfants fera l’affaire, procédez à un brossage environ deux fois par semaine avec un dentifrice pour homme ou chien. Le dentifrice pour chien est souvent équipé d’une brosse ainsi qu’un doigtier en caoutchouc. Sinon, il existe des petits cachets à appliquer sur la gencive du chien qui agit comme un bain de bouche assainissant. Le vétérinaire est la plupart du temps équipé pour effectuer le détartrage si vous ne vous sentez pas le courage de mettre la main à la brosse. Les os et autres articles en peau de buffle à mastiquer pourront empêcher le dépôt de tartre jusqu’à un certain point, mais c’est loin d’être suffisant.

Protection contre tiques et puces

Traitez le chien contre ces parasites régulièrement avec un produit adéquat. La présence de puces se traduit souvent par des démangeaisons et la présence de points noirs sur l’abdomen et/ou la croupe. La tique est toute petite avant de s’accrocher sur l’animal, ce n’est qu’une fois attachée dans la peau qu’elle grossit par le sang sucé à la victime. Il est de ce fait difficile de l’apercevoir. Un traitement n’est pas sûr à 100 %, mais diminue les risques de maladie.

Vermifuge

Un chiot doit être traité contre les vers tous les mois jusqu’à l’âge de 6 mois, ensuite deux fois par an. Pensez à le vermifuger une bonne semaine avant le vaccin. Il est complètement inutile de vacciner les vers !

 

LES ALIMENTS TOXIQUES POUR LES ANIMAUX

Tout ce qui est bon pour vous ne l’est pas forcément pour votre animal. Certains aliments peuvent être dangereux pour votre compagnon.

Abricot

Le noyau contient du glycoside cyanogénique qui peut causer un empoisonnement.

Symptômes : vomissements, diarrhées, tachycardie, coma, mort.

Alcool

Ne faites pas goûter d’alcool à votre animal. L’ingestion d’alcool peut provoquer des blessures, une désorientation, des vomissements, des problèmes urinaires ou même le coma ou la mort.

Aliments avariés

La moisissure que l’ont trouve sur la plupart des aliments avariés contient des toxines telles que la pénicilline ou des mycotoxines trémorgènes. Les symptômes se traduisent par des tremblements et des crises pouvant durer plusieurs heures ou même plusieurs jours. Ce type d’empoisonnement est considéré comme un cas d’urgence et un traitement médical est nécessaire pour contrôler les tremblements et détoxiquer le chien.

Faites particulièrement attention avec le bac à compost qui pourrait se trouver dans votre jardin.

Aliments pour bébés

Avant de donner un aliment pour bébé à votre chien, vérifiez qu’il ne contienne pas de poudre d’oignon, qui peut être toxique pour votre chien.

Antigel

L’antigel à un goût agréable pour les chiens et les chats. Même une très petite quantité d’antigel peut être fatale. Si vous soupçonnez que votre animal a ingéré de l’antigel, contactez immédiatement votre vétérinaire. Afin d’empêcher l’éthylène glycol d’être absorbé par le foie, le vétérinaire va administrer de l’éthanol à votre animal afin de contrecarrer les effets de l’éthylène glycol. Plus le traitement est administré rapidement, plus les chances de survie sont grandes. Une fois que les reins commencent à être atteints, la plupart des animaux ne survivent pas.

Les symptômes d’une intoxication à l’antigel dépendent du laps de temps qui suit l’ingestion. Les symptômes peuvent apparaître déjà 30 minutes après l’ingestion de l’antigel et durer environ 12 heures.

Les premiers symptômes sont un comportement déprimé (l’animal est couché et n’as pas d’intérêt pour ce qu’il se passe autour de lui), des vomissements, des pertes d’équilibre (l’animal semble soûl), des tremblements, des crises, une soif excessive, une urination fréquente.

Après le premier stade, l’animal peut sembler aller mieux mais ils se sentira beaucoup plus mal après un jour ou deux, quand les reins commenceront à défaillir. La quantité d’urine diminuera fortement dans la plupart des cas. A ce stade, le foie aura transformé l’éthylène glycol en substances beaucoup plus dangereuses.

Les autres symptômes peuvent très bien passer inaperçus pendant plusieurs jours alors que des dommages irréparables sont en train de se produire. Puis les vomissements peuvent réapparaître, ainsi qu’un manque d’appétit, de la déshydratation, une incapacité à uriner, de la salivation, des tremblements des ulcères dans la bouche, le coma ou la mort.

Les animaux qui souffrent d’une défaillance rénale suite à une intoxication à l’antigel peuvent parfois être sauvés grâce à un traitement agressif. Certaines vétérinaires spécialisés peuvent mettre l’animal sous dialyse.

Malheureusement, les dommages aux reins sont souvent graves et irréversibles. Des transplantations de reins ont été effectuées avec succès chez certains chiens et chats mais tous les animaux ne sont pas de bons candidats pour ce type de chirurgie et le manque de donneurs d’organes empêche les bons candidats d’y avoir recours.

Avocat

L’avocat contient un élément toxique appelé persine qui peut causer des dommages au cœur, aux poumons ou à d’autres tissus chez la plupart des animaux.

Bonbons

Les bonbons sans sucre contenant du xylitol sont considérés dangereux pour les animaux de compagnie. Ce composant peut causer des dommages au foie et même la mort chez certains chiens.

Caféine

Les boissons contenant de la caféine tels que les sodas, le thé ou le café peuvent agir comme stimulants et accélérer le rythme cardiaque de l’animal. L’ingestion de caféine peut provoquer des crises, parfois fatales.

Cerises

Le noyau contient du glycoside cyanogénique qui peut causer un empoisonnement.

Symptômes : vomissements, diarrhées, tachycardie, coma, mort.

Champignons

Tout comme chez l’être humain, l’empoisonnement par des champignons peut être fatal. Ils peuvent causer de graves problèmes au foie et des dérèglements neurologiques. Consultez immédiatement votre vétérinaire si vous soupçonnez que votre animal a mangé des champignons.

Chocolat

Le chocolat contient de la théobromine, un composant qui agit comme stimulant cardiaque et comme diurétique. Si un chien mange trop de chocolat, il peut devenir excité et hyperactif. A cause de l’effet diurétique, il va uriner et boire beaucoup. Il pourra également avoir la diarrhée et des vomissements. L’effet de la théobromine sur le cœur est plus dangereux. La théobromine va soit augmenter le rythme cardiaque soit provoquer des battements irréguliers. La mort est même possible, surtout si le chien fait de l’exercice.

De grandes quantités de chocolat peuvent empoisonner ou même tuer un chien de taille moyenne ou grande. 50 grammes de chocolat peuvent tuer un chien de 5 kg ou moins. Les symptômes n’apparaissent souvent qu’après quelques heures et la mort survient dans les 24 heures.

La poudre de cacao et le chocolat à cuire sont les formes les plus toxiques car ils contiennent plus de théobromine que le chocolat au lait. Viennent ensuite le chocolat noir et le chocolat semi-doux. Le chocolat au lait est le moins dangereux.

Cigarettes

Voir Tabac

Ustensiles de cuisine

Faites attention à vos ustensiles de cuisine, comme les feuilles d’aluminium usagées, les spatules en bois, les couverts en plastique, etc. Un chien peut avaler des morceaux de ces ustensiles. Cela peut provoquer un étouffement, une occlusion intestinale ou une perforation de l’estomac qui peuvent entraîner la mort.

Extraits d’huile de citron

L’extrait d’huile de citron peut provoquer des vomissements.

Foie

Cet ingrédient peut vous paraître incongru dans cette liste puisqu’il est largement recommandé dans l’alimentation BARF et Raw Feeding. Donné en quantités raisonnables, le foie est très bon pour votre chien. En réalité, c’est un excès de foie qui peut être dommageable puisqu’il peut conduire à une hypervitaminose A. N’abusez donc pas du foie dans le régime alimentaire de votre chien.

Symptômes : déformation des os, croissance excessive des os sur les épaules et la colonne vertébrale, perte de poids et perte d’appétit.

Noix

Les noix en général ne sont pas idéales pour les animaux car elles sont très riches en phosphore et peu digestes pour les carnivores.

Noix de macadamia

Le composant toxique est inconnu mais l’ingestion de quantités aussi faibles que six noix peut causer une élévation de la température, une augmentation du rythme cardiaque, des tremblements et une faiblesse, voire une paralysie du train arrière.

Symptômes : difficultés à se lever, détresse, halètement, membres enflés et douleurs aux membres.

Noix de muscade

La noix de muscade est hallucinogène quand elle est ingérée en grandes quantités.

Oignons

Les oignons peuvent causer une anémie hémolytique, ce qui signifie que les globules rouges sont détruits prématurément dans le sang, tandis que leur taux de production demeure normal. L’empoisonnement peut se produire soit par l’ingestion de grandes quantités, soit par l’ingestion répétée de plus petites quantités.
L’intoxication peut survenir quelques jours après que le chien ait mangé des oignons. Des vomissements, des diarrhées, une faiblesse et une perte d’appétit peuvent apparaître. L’urine prend une couleur foncée. Le chien peut avoir une respiration courte car le nombre des globules rouges (qui transportent l’oxygène) se retrouve réduit.

Autres symptômes : température corporelle élevée, confusion et augmentation du rythme cardiaque.
Consultez immédiatement votre vétérinaire.
Les quantités d’oignons, crus ou cuits, nécessaire à une intoxication sont assez élevées pour que le chien puisse tolérer de petites doses d’oignon sans problème.
Tandis que l’ail contient une autre substance toxique, le thiosulphate, il semblerait que celui-ci soit moins toxique et que de grandes quantités devraient être absorbées pour causer une intoxication.

Os cuits

Les os cuits peuvent être très dangereux pour votre animal. Les os deviennent cassants une fois qu’ils sont cuits ce qui forme des esquilles lorsqu’ils se cassent. Les esquilles ont des bords tranchants et peuvent rester coincés dans les dents, causer un étouffement ou une perforation des parois stomacale et intestinale.

Symptômes de l’étouffement : gencives pâles ou bleues, halètement, le chien se touche la tête avec les pattes, respiration lente, inconscience, pupilles dilatées.
Les os crus ne sont pas dangereux et aident à garder les dents propres.
Les os sont très riches en calcium et trop d’os peuvent provoquer constipation sévère.

Pâte à pain

Quand de la pâte à pain est ingérée, la température corporelle de votre animal fait lever la pâte dans l’estomac. Pendant que la pâte lève, de l’alcool est produit.

Symptômes : douleur abdominale, vomissements, désorientation, dépression.
Un tout petit peu de pâte à pain peut déjà causer des problèmes car elle gonfle jusqu’à plusieurs fois sa taille.

Pêches

Le noyau contient du glycoside cyanogénique qui peut causer un empoisonnement.

Symptômes : vomissements, diarrhées, tachycardie, coma, mort.
Plantes
Les animaux peuvent être très malades ou même mourir en ingérant des plantes vénéneuses. Gardez toutes les plantes inconnues ou suspectes hors de portée de votre animal.

Poires

Les pépins contiennent du glycoside cyanogénique qui peut causer un empoisonnement.

Symptômes : vomissements, diarrhées, tachycardie, coma, mort.

Pommes

Les pépins contiennent du glycoside cyanogénique qui peut causer un empoisonnement.

Symptômes : vomissements, diarrhées, tachycardie, coma, mort.

Produits laitiers

La majorité des produits laitiers sont mal digérés par les chiens qui ont souvent peu ou pas du tout l’enzyme nécessaire pour digérer le lactose. Tout comme chez les humains, les chiens intolérants au lactose peuvent avoir des flatulences et des diarrhées.
Le fromage et le yaourt sont mieux tolérés car ils contiennent moins de lactose. Bien que quelques rares chiens tolèrent bien le lait, d’une manière générale, préférez les produits laitiers fermentés.

Prunes

Le noyau contient du glycoside cyanogénique qui peut causer un empoisonnement.

Symptômes : vomissements, diarrhées, tachycardie, coma, mort.

Raisin

Bien que la dose létale minimale ne soit pas connue, les raisins peuvent être toxiques pour les chiens s’ils sont avalés en grandes quantités.

Symptômes : vomissements, diarrhée, défaillance rénale 24 heures après l’ingestion.
Lors d’observations cliniques, la quantité de raisins ingérée variait entre 250 grammes et 900 grammes, ce qui correspond à quelque chose entre 10 et 30 grammes par kilo de poids vif. Il a été rapporté que deux chiens sont morts directement d’intoxication, trois ont été euthanasiés et cinq sont restés vivants.
A cause de la gravité des symptômes et de potentiel accru de mortalité, les vétérinaires préconisent un traitement qui comprend notamment la provocation de vomissements, le lavage d’estomac et l’administration de charbon actif, suivi par l’administration de fluides par intraveineuse durant au moins 48 heures.

Rhubarbe

Les feuilles sont dangereuses.

Saumon cru

L’empoisonnement au saumon peut s’avérer être un problème pour toute personne qui nourrit son chien avec une alimentation de type BARF ou Raw Feeding. La cause de cet empoisonnement est une infection par une bactérie de type rickettsie appelée Neorickettsia Helminthoeca. La rickettsie n’infecte pas directement le chien mais est transportée par un parasite (un ver plat) appelé Nanophyteus Salmincola, par le biais de deux hôtes intermédiaires : les escargots d’eau douce et les poissons salmonidés.

Le Nanophyteus Salmincola infecte certaines espèces d’escargots d’eau douce qui sont à leur tour, en tant que maillons de la chaîne alimentaire, mangés par le saumon. Ni le vers, ni la rickettsie ne sont mortels pour le saumon. Le chien n’est exposé que lorsqu’il ingère l’hôte secondaire, un poisson infecté. Une fois que le chien a mangé le poisson, les larves du ver éclatent et libèrent les rickettsies.
Les premiers symptômes apparaissent 5 à 7 jours après l’ingestion et se traduisent par une léthargie et une perte d’appétit. La température corporelle atteint 40 à 42 °C lors des deux premiers jours puis revient à la normale. Au quatrième jour, les vomissements deviennent persistants. Quelques jours après le début des vomissements, on voit apparaître des diarrhées avec du sang. La diarrhée est souvent de couleur jaune. Les ganglions lymphatiques sont enflés.
Au stade le plus avancé, les symptômes gastro-intestinaux sont presque semblables à ceux de la parvovirose. Les symptômes nasaux et oculaires peuvent ressembler à ceux de la maladie de Carré. Non traitée, l’intoxication au saumon est mortelle dans 90% des cas. L’empoisonnement peut être diagnostiqué par l’analyse de selles et est guérissable si détecté à temps. Le traitement comporte une hydratation de soutien, l’administration d’antibiotiques pour tuer la rickettsie et l’administration d’un vermifuge pour tuer le parasite. Une amélioration de l’état général se fait déjà ressentir dans les deux jours.
Les gestes de prévention sont simples. Evitez les salmonidés crus. Si vous vivez près d’une rivière où vivent des saumons, gardez un œil sur votre chien afin de l’empêcher de manger des poissons morts. Consultez immédiatement votre vétérinaire si vous suspectez votre chien d’avoir ingéré du saumon cru. Cet avertissement est valable uniquement pour le saumon du Pacifique.

Sel

Le sel et les aliments trop salés peuvent causer des maux d’estomac ou une pancréatite.

Tabac

Les cigarettes, les mégots de cigarettes, le tabac à pipe, les patchs à la nicotine, les chewing-gums à la nicotine et le tabac à chiquer peuvent être fatals à votre animal s’ils sont ingérés. Les signes d’une intoxication à la nicotine peuvent apparaître au bout d’une heure.

Symptômes : hyperactivité, salivation, halètement, vomissements et diarrhée.
Symptômes avancés : faiblesse musculaire, spasmes, évanouissements, coma, augmentation de la fréquence cardiaque et arrêt cardiaque.

Si vous fumez, pensez garder les produits contenant de la nicotine hors de portée de votre animal. Si vous soupçonnez votre chien d’avoir ingéré un de ces produits, consultez immédiatement votre vétérinaire.

Tomates et plants de tomates

Les plants de tomate contiennent de l’atropine qui peut causer une dilatation des pupilles, des tremblements et un rythme cardiaque irrégulier. C’est dans les feuilles et la tige des plants de tomates que la concentration en atropine est la plus élevée. Viennent ensuite les tomates vertes, puis les tomates mûres.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              

LES COUPS DE CHALEUR

Le chien, contrairement à nous, ne possède pas de glandes sudoripares.

Lorsqu’il a chaud, le chien respire de plus en plus vite afin d’amener une quantité d’air frais plus grande au niveau des poumons. Lorsque le chien ne peut plus respirer suffisamment bien, ou un air insuffisamment frais il halète. Il ne peut plus maintenir son corps à la bonne température, le cerveau est mal irrigué, il se produit une congestion cérébrale, il peut avoir un œdème pulmonaire.

Le premier signe est donc une élévation importante de la température, qui peut monter à plus de 41 en moins d’une heure, on peut s’en apercevoir rien qu’en touchant sa tête. Le chien respire rapidement, sa langue devient violette, il tremble.

  • Ne laisser jamais un animal seul dans une voiture, même avec une fenêtre entr’ouverte, même à l’ombre. N’oubliez pas que le soleil tourne en notre absence et qu’en vacances, nous allons souvent dans des régions plus chaudes alors il faut être particulièrement vigilants.
  • Ne faisons pas faire de sports, d’activités physiques à nos compagnons lorsqu’il fait très chaud. Attendez la fraîcheur du soir.
  • Ne laissez jamais un chien attaché au soleil. Assurez-vous qu’il y ait un arbre ou deux qui ombrage l’endroit où est l’animal!
  • L’été, laissez toujours de l’eau fraîche à la portée des chiens.

Certains chiens sont plus sensibles que d’autres :

  • des chiens âgés
  • des chiots
  • des chiens malades
  • des chiens cardiaques
  • des chiens obèses
  • des races à face aplatie

 

Que faire si un chien a un coup de chaleur ?

Le rafraîchir,  avec un linge mouillé, et plus particulièrement sur la tête. Vous tremperez des serviettes de bain dans de l’eau fraîche (20°) avec lesquelles vous entourerez le chien, mettre des glaçons en dessous des pattes ou lui mettre les pattes dans un bassin d’eau fraîche,  transportez le calmement à l’ombre, dans un  courants d’air frais.

Ne laissez pas le chien boire trop d’eau à la fois, mais plutôt en petite quantité et souvent, sinon il régurgitera.

Le conduire le plus rapidement possible chez le vétérinaire. Téléphoner pour vous assurer qu’il est bien ouvert ! 

Si le chien n’est pas à vous, sortez-le le plus rapidement possible de la voiture, au besoin appeler les pompiers  pour qu’ils cassent une vitre…. Il faut agir vite!

 

LES PARASITES DE LA PEAU

Saviez-vous que votre chien peut héberger de charmantes petites bestioles bien malgré lui ? Ces parasites ne sont bien sûr pas mortels mais peuvent causer bien des désagréments et surtout bien des démangeaisons à vos animaux ainsi qu’à vous même…

  1. Puces (Ctenophalides canis, felis)

Les puces sont de minuscules insectes bruns. Parasites externes de votre chien, sur  lequel elles vivent une partie de leur temps, elles se nourrissent de son sang. On les retrouve aussi sur sa litière, ses coussins préférés, les planchers, plinthes et moquettes.

Le principal inconvénient des puces, chez le chien, est qu’elles provoquent d’importantes démangeaisons.

Le cycle de la puce :

La puce femelle pond des oeufs qui vont tomber sur le sol. ils écloront une dizaine de jours plus tard en donnant une larve. Cette dernière se nourrit de débris végétaux ou minéraux et des déjections des puces adultes. Préférant un milieu ombragé, on la retrouve essentiellement sur la litière de l’animal.

Au bout 10 jours environ, la larve va se transformer en nymphe. Cette nymphe vit dans un cocon et ne se nourrit pas.

L’éclosion a lieu 10 à 12 jour plus tard, sous l’effet d’un stimulus : réchauffement de la température du fait de la présence d’un animal, écrasement du cocon. Toutefois, en l’absence de stimulus, l’imago contenu dans le cocon peut survivre plusieurs mois. Lors de l’éclatement du cocon une nouvelle puce adulte apparaît qui va vivre plusieurs mois sur un animal, se nourrissant de son sang, elle pondra de nouveaux oeufs et le cycle recommencera.

Comment savoir si mon chien a des puces ?

– Tout d ‘abord lors du brossage, vous pouvez remarquer des petits grains noirs à la surface de la peau. ce sont  les déjections des puces.

– Le chien peut aussi avoir des boutons, des rougeurs principalement au niveau des cuisses, du pourtour de la queue, mais surtout il se gratte.

Où a-t-il attrapé des puces ?

N’importe où, et la propreté de votre maison n’est pas en cause. En effet, à l’occasion d’une promenade, de la fréquentation d’un autre animal, la puce peut sauter de l’un à l’autre, votre chien la ramènera chez vous, et se reproduisant facilement elles vont rapidement coloniser la maison !

La puce : quels inconvénients pour votre chien ?

La puce transmet peu de maladies au chien et son inconvénient majeur est du aux piqûres : démangeaisons, mais aussi quelquefois allergies.

-Les démangeaisons importantes provoquent un grattage pouvant causer des plaies, lesquelles risquent de s’infecter. On peut constater également, quelquefois, des troubles de l’humeur.

-L’allergie due piqûres de puces provoque des réactions cutanées plus ou moins étendues, même avec un seule piqûre. Il est donc important, pour ces animaux, de les traiter préventivement avec un produit agissant rapidement, avant que la puce n’est eu le temps de piquer.

Les puces peuvent également transmettre au chien des vers (dipylidium) et exceptionnellement un ver filaire.

Quels traitements ?

Curatifs :

Il est nécessaire de traiter le chien avec un produit antiparasitaire (shampoing, spray …) mais également, avec un produit spécifique, la maison et particulièrement coussins, moquette, plancher, litière du chien.

Il faudra recommencer environ 3 semaines plus tard afin d’éliminer complètement les oeufs.

Si vous avez d’autres animaux dans la maison, ceux-ci devront également être traités avec des produits spécifiques à l’espèce.

Préventifs :

Il existe plusieurs présentations. Chacune a ses avantages, il faut donc choisir en fonction de votre chien. Votre vétérinaire pourra vous conseiller.

Les shampoings  détruisent les parasites et les oeufs, mais leur action ne dure que quelques jours.

Les poudres : difficiles à faire pénétrer, elles peuvent aussi intoxiquer l’animal par léchage.

Les sprays : efficaces, ils sont à employer régulièrement, ou si le chien a été mouillé. Les aérosols peuvent effrayer le chien, dans ce cas il est possible d’utiliser un spray à pompe ou des lotions. Ils détruisent la puce avant qu’elle n’est piqué et sont donc à recommander chez les chiens allergiques.

Les pipettes : elles déposent un produit qui s’étend sur tout le corps de l’animal dans la journée. Pour les chiens de grande taille deux pipettes sont parfois nécessaires  : une appliquée au niveau es épaules, l’autre au niveau de la croupe.

Les colliers :  leur efficacité diminue rapidement, de plus ils protègent essentiellement la région du cou, or c’est au niveau de le croupe que les piqûres sont le plus nombreuses.

Les produits à avaler : ne tuent la puce qu’une fois qu’elle a piqué.

  1. Cheyletiellose (Cheylettiella yasguri, parasitivorax, blakei)

C’est une infection surtout retrouvée chez le chat et qui occasionne des démangeaisons, la formation de pellicules et de croûtes au niveau du dos, de la tête et du cou. On retrouve parfois cette maladie chez les chiens où les démangeaisons sont plus intenses. Il est à noter que certains humains peuvent être incommodés par les piqûres de ces insectes. Le diagnostic se fait par l’examen des poils et des débris au microscope. Le traitement est facile et relativement peu coûteux: il consiste à traiter l’animal par des injections ou en utilisant des produits anti-puces. Il est parfois essentiel de traiter la maison (dans les cas sévères) car le parasite peut y vivre jusqu’à 10 jours.

  1. Gale sarcoptique (Sarcopies scabiei)

C’est ce que les gens appellent communément la gale. C’est une maladie que nous retrouvons chez le chien (rare chez le chat) et qui cause énormément de démangeaisons en plus d’être extrêmement contagieux entre chiens. Elle s’attaque d’abord aux oreilles, aux coudes et au ventre pour rapidement devenir généralisée. Le grattage intensif cause des rougeurs, des boutons, des croûtes et des pertes de poils. Le diagnostic est ardu car les mites creusent des tunnels dans la peau ce qui les rend difficile à trouver. Le traitement est identique à celui pour la cheyletielliose. Il est à noter que ces mites vivent 2 à 3 jours dans l’environnement et que nous pouvons en attraper…

  1. Démodécie (demodex)

Cette maladie assez complexe se présente sous deux formes: la forme localisée et la forme généralisée. La forme localisée se retrouve chez de jeunes chiens où elle cause des lésions rondes, sans poils, rouges et croûtées au niveau des pattes et de la tête. Il est à noter que cette maladie NE CAUSE PAS DE DÉMANGEAISONS. Le traitement n’est pas nécessaire (à moins qu’il n’y ait une infection de peau superposée) et la maladie se résorbe d’elle-même. La forme généralisée affecte également les jeunes animaux et s’attaque au corps entier. Le traitement de cette maladie est très difficile car il faut raser l’animal et lui faire plusieurs shampooing médicamentés, parfois même le reste de ses jours ! Heureusement pour nous, cette maladie n’est pas contagieuse pour les humains.

  1. Mites d’oreilles (Otodectes cynotis)

Ces petites bibittes sont très fréquentes surtout chez les chatons et quelques fois chez les chiots. Ces mites logent dans le canal de l’oreille où elles causent la formation d’abondantes sécrétions noirâtres accompagnées d’intense grattage des oreilles. ATTENTION, il ne faut pas confondre avec une otite causée par des levures (sécrétions brunâtres, gluantes et malodorantes) fréquemment vue chez le chien. Un examen des sécrétions au microscope déterminera s’il s’agit de mites ou de levures. Le traitement est facile et peu coûteux. Bien que le chat puisse transmettre ses mites aux chiens, il ne peut les transmettre aux humains.

  1. Tiques (Rhipicephalus sanguineus)

La tique retrouvée au Québec est la tique brune du chien. Les chiens les attrapent lorsqu’ils fréquentent les boisés, forêts ou hautes herbes. C’est un parasite visible à l’oeil nu et qui est gros comme un petit pois. La manière la plus sécuritaire de l’enlever est de l’asperger d’un insecticide approprié et d’attendre que la tique meurt. Il ne faut surtout pas l’arracher car les morceaux restés dans la peau du chien peuvent causer une réaction locale.

Il est important de se rappeler que dès que votre animal se gratte que ce n’est pas nécessairement causé par des parasites ! Une bonne infection de peau ou des allergies peuvent causer autant de grattage que la pire infestation de puces ou autres bestioles

Il y a encore les parasites intestinaux, lequels sont encore plus virulent que puces, tiques et demodex…..  Vermifuger son chiens régulièrement pour assurer une vie saine et sans encombre…  Le traitement en pipette est le traitement le plus complet, traitant la majorité des parasites cutanée et intestinaux en un seul traitement.

 

LES PLANTES TOXIQUES

      PLANTES D’INTÉRIEUR

      Asperge fougère (asparagus plumosus) (sprengeri)

      Avocatier (persea americana)

      Cactus:

      Cierge (cereus peruvianus)

      Coucher de soleil (lokwia famatimensis)

      Oreilles de lapin (opuntia micradasy’s alkispina)

      Queue de rat (aporocactus flagelliformis)

      Caladium

      Cerisier de Jérusalem (solanum pseudocapsicum)

      Couronne d’épines (épines du Christ) (euphorbia milii splendens)

      Cyclamen de Perse (cyclamen persicum giganteum)

      Dieffenbachia

      Eucalyptus commun

      Hydrangée

      Gommier bleu (eucalyptus globulus)

      Gui (phoradendron flavescens)

      Houx (ilex species)

      If (poddocarpus Macrophyllus)

      Lierre d’argent (scindapsus pictus)  Gloire de marengo (hedera

      canariensis)

      Lierre à grosses feuilles (tenecio macroglossus)

      Lierre anglais (hedera helix)

      Lierre allemand (senecio mikanioides)

      Lierre glacier (hedera helix glacier)                                     

      Oxalidacées (oxalis deppei)

      Philodendrons 

      Nephtytis (syngonium podophyllum)

      Or noir (ph. melanochryson)

      Oreille d’éléphant (philodendron hastatum)

      Philodendron à feuilles incises (monstera delicosa)

      Philodendron grimpant (philodendron scandens)

      Pointe de flèche (syngonium podophyllum)

      Poivrier ornemental (capsicum annuum)

      Pothos, Lierre du diable (scindapsus aureus)

      Reine de marbre (scindapsus aureus)

      Violon (ph. pandurae forme)

      Plante parapluie (cyperus)

      Plante siècle (agave) Red (hemigraphis colorata)

      PLANTES DE JARDIN    

      Amaryllis

      Azalée (azalea indica)

      Calla, pied-de-veau (zantedeschia aethiopica)

      Chrysanthème

      Clématis

      Coeur saignant, Coeur de mariée (dicentra formosa)

      Crocus (colchicum autumnale)

      Digitale, Doigt de la vierge (digitalis purpurea)

      Glaieul

      Iris

      Jacinthe (hyacinthus orientalis)

      Jonquille (narcissus)

      Lanterne chinoise (physalis)

      Laurier rose (nerium oleander)

      Liseron (ipomaea tricolour)

      Muguet (convallaria)

      Narcisse (narcissus)

      Oeillet (dianthus caryophyllus)

      Oeillet barbu (dianthus barbatus)

      Palma christi (ricinus communis)

      Pensée (viola tricolour)

      Pied d’alouette (delphineum)

      Pivoine (paeonia officinalis)

      Pois de senteur (lathyrus odoratus)

      Primevère (primula)      

      HAIES ET BUISSONS

      Acacia noir (robina pseudoacacia)

      Arbre aux pois

      Daphné, bois-joli (daphne mezereum)

      Épine noire (rhamnus cathartica)

      Hydrangée (taxus)

      Laburnum (laburnum anagyroides)

      Laurier-cerise (laurocerasus officinalis)

      Marronnier (aesculus hippocastanum)

      Sureau blanc

      Troène commun (ligustrum vulgare)

      Vigne vierge (ampeloplis brevipedunculata)

      Vinaigrier

      Causes de l’empoisonnement :

      Plantes vénéneuses

      Plantes cultivées

            Fève de marais

             Plante cultivée très toxique. Les fèves, les graines et le pollen sont toxiques pour les chiens, les chats, les petits mammifères et surtout les chevaux. Symptômes: Vomissements, diarrhée, manque  d’appétit, coliques, sécrétion d’urine diminuée, fièvre, pâleur, ev.  jaunisse, tuméfaction de la rate et du foie.

            Haricot

Plante cultivée très toxique. Les haricots crus sont toxiques   pour  les chiens, les chats, les petits mammifères et les chevaux.

 Symptômes: Déplaisir à refus de s’alimenter, diarrhée, inflammation de l’estomac et des intestins, crampes.

            Ail blanc

             Plante cultivée toxique à très toxique. Les bulbes de l’ail sont  toxiques pour les chiens, les chats, les petits mammifères, les oiseaux d’agrément et les chevaux. Symptômes: Vomissements,  diarrhée, sang dans l’urine, pâleur, jaunisse.

            Chanvre, Marihuana, Haschisch

             Plante cultivée toxique. Pour la fabrication de fibres et d’huile.  Les feuilles et les fleurs sont toxiques pour les chiens, les chats, les petits mammifères, les chevaux et les oiseaux d’agrément.

Symptômes: vomissements, salivation, problèmes de coordination, dilatation des pupilles, mouvements rythmiques des yeux, refroidissement.

            Lin – Lin cultivé

             Plante cultivée extrêmement toxique. Les graines et les germes sont toxiques pour les chiens, les chats, les petits mammifères et les  chevaux. Symptômes: vomissements, vertiges, crampes, tremblements, tressaillements, respiration rapide, fréquence cardiaque lente.

            Luzerne cultivée

             Plante cultivée et fourragère toxique. Les feuilles et la tige sont  toxiques pour les chiens, les chats, les petits mammifères et les  chevaux. Symptômes: Inflammation de la peau, qui apparaît lors d’une  exposition au soleil, perturbations de la fertilité, problèmes de  croissance.

            Oignon

             Plante cultivée toxique. L’oignon est toxique pour les chiens, les  chats, les petits mammifères, les oiseaux d’agrément et les chevaux.           

Symptômes: diarrhée, problèmes de coordination, pâleur, sang dans  l’urine.

            Bégonia

             Plante d’appartement et de jardin non toxique à toxique. Toute la  plante est toxique, plus haute teneur en poison dans les racines.  Chiens, chats, petits mammifères, chevaux et oiseaux d’agrément  concernés.

Symptômes: Vomissements, diarrhée (après ingestion, diarrhée contenant du sang).

            Cytise – Cytise aubour – Faux ébénier

             Plante de jardin extrêmement toxique. Comme buisson ornemental dans  les jardins et les parcs. Toute la plante (aussi sèche) est toxique  pour les chiens, les chats et les chevaux (rarement les petits  mammifères). Symptômes: Coliques, basse pression sanguine,  transpiration, coma, crampes, problèmes de coordination.

            Ellébore vert – Herbe à la bosse

             Plante sauvage ou de jardin extrêmement toxique. Dans les forêts de  montagne et les jardins. Toute la plante est toxique pour les  chiens, les chats, les petits mammifères et les chevaux.

Symptômes:   Salivation, diarrhée, vomissements, coliques, battements cardiaques            lents, perturbations du rythme cardiaque, arrêt cardiaque, paralysie, excitation.

            Genêt à balais

             Plante sauvage ou de jardin peu toxique. Dans les forêts claires et sablonneuses et sur les talus. Toute la plante est toxique pour les chiens, les chats, les petits mammifères et les chevaux.

Symptômes:  Vomissements, diarrhée, constipation, paralysies, accélération du  coeur, inconscience, excitation.

            Kalmie à large feuilles            

             Plante ornementale peu toxique à toxique. Les feuilles sont  toxiques pour les chiens, les chats, les petits mammifères et les chevaux.

Symptômes: Salivation, vomissements, coliques, manque  d’appétit, incoordination, faiblesse, tressaillements des muscles.

            Muguet – Lys de mai – Clochette de bois

             Plante sauvage et de jardin extrêmement toxique. Dans les forêts, les buissons et les jardins. Toute la plante est toxique pour les  chiens, les chats, les petits mammifères et les chevaux.

Symptômes:   Vomissements, diarrhée, perturbations du rythme cardiaque, basse            fréquence cardiaque, crampes, respiration difficile, insomnie.

            Aconit faux navet – Casque de Jupiter

             Plante sauvage et de jardin extrêmement toxique. Dans les lieux  humides et ombragés, et les jardins. Toute la plante est toxique  pour les chiens, les chats, les petits mammifères et les chevaux.

            Symptômes: Vomissements, diarrhée, salivation, coliques, sécrétion  excessive d’urine, perturbations du rythme cardiaque, refroidissement.

            Aloès

             Plante d’appartement toxique. Le suc laiteux est toxique pour les  chiens, les chats, les petits mammifères et les oiseaux d’agrément.

 Symptômes: Diarrhée contenant du sang, sécrétion excessive d’urine.

            Lupin             

            Plante sauvage, de jardin ou cultivée toxique à très toxique. Les  graines et les feuilles sont toxiques pour les chiens, les chats,  les petits mammifères et les chevaux. Symptômes: Vomissements, incoordination, crampes, tremblements, respiration difficile,  agitation, dépression, coma, pâleur.

            Anthurium            

            Plante d’appartement toxique. Les jeunes feuilles sont toxiques pour  les chiens, les chats, les petits mammifères et les oiseaux  d’agrément.

Symptômes: Salivation, diarrhée, vomissements,  saignements (système digestif, matrice, gencives), respiration  difficile, difficulté à déglutir.

            Couronne d’épines – Epine du Christ             

            Plante d’appartement toxique. Le suc laiteux est toxique pour les  chiens, les chats, les petits mammifères et les oiseaux d’agrément.

Symptômes: inflammation de l’estomac et des intestins, coliques, inflammation de la cornée et de la conjonctive, altérations des  muqueuses de la gueule.

             Philodendron monstéra  à feuilles incises            

            Plante d’appartement toxique. Les feuilles sont toxiques pour les  chiens, les chats, les petits mammifères et les oiseaux d’agrément.           

Symptômes: Salivation, diarrhée, vomissements, saignements,  respiration difficile, difficulté à déglutir, saignements des  gencives.            

            Spathiphyllum            

            Plante d’appartement toxique. Les feuilles et les tiges sont   toxiques pour les chiens, les chats, les petits mammifères et les  oiseaux d’agrément. Symptômes: Salivation, diarrhée, vomissements,  saignements (système digestif, matrice, gencives), respiration      difficile, difficulté à déglutir.

            Aglaonema             

            Plante d’appartement extrêmement toxique. Les feuilles sont toxiques  pour les chiens, les chats, les petits mammifères et les oiseaux  d’agrément.

Symptômes: Salivation, diarrhée, vomissements, respiration difficile, crampes, problèmes de coordination, pression sanguine basse, perturbations du rythme cardiaque.

            Amaryllis belladonna

            Plante d’appartement très toxique. Toute la plante (surtout les bulbes) est toxique pour les chiens, les chats, les petits mammifères et les oiseaux d’agrément.

Symptômes: Vomissements, diarrhée, coliques, mouvements perturbés, perturbations du rythme cardiaque, basse pression sanguine, battements cardiaques lents,          tremblements.

            Ergot de seigle            

            Champignon extrêmement toxique. Localisation surtout sur les épis de seigle et de triticale, mais aussi dans les autres céréales et graminées. Tout le champignon est toxique pour les chiens, chats, petits mammifères et chevaux. Symptômes: Vomissements, diarrhée, membres bleu-noir, crampes épileptiques.

            Bouton d’or Bassinet d’or  Renoncule bulbeuse et scélérate            

            Plante sauvage peu toxique à toxique. Habitat: Prés, fosses et rives d’étangs. Toute la plante est toxique pour les chiens, les chats, les petits mammifères et les chevaux.

Symptômes: Salivation, coliques, diarrhée, toux, difficultés à déglutir, écoulement nasal,      muqueuses de la gueule gonflées, agitation.

            If Ifreteau            

            Plante de jardin très toxique. Toute la plante est toxique pour les  chiens, les chats, les petits mammifères et les chevaux.

Symptômes: Vomissements, diarrhée, accélération/ralentissement du cœur,            respiration difficile, mouvements perturbés, sécrétion de l’urine perturbée, dilatation des pupilles.

            Millepertuis  Herbe de la Saint Jean            

            Plante sauvage toxique. Dans les forêts, les prairies et les lisières de forêts. Toute la plante est toxique pour les chiens, les chats, les petits mammifères et surtout les chevaux.

Symptômes: Rougeurs, œdèmes et croûtes noires à des endroits de la peau peu  velus, manque d’appétit, agitation.            

            Séneçon – Herbe StJacques – Séneçon Jacobé            

            Plante sauvage et d’appartement très toxique. Toute la plante, en  particulier la jeune plante, est toxique pour les chiens, les chats, les petits mammifères, les oiseaux d’agrément et surtout les chevaux.

Symptômes: Amaigrissement, vertiges, crampes, agitation, bâillements fréquents, dépression, coma, cécité.

            Aconit faux navet – Casque de Jupiter – Char de Vénus            

            Plante sauvage et de jardin extrêmement toxique. Dans les lieux humides et ombragés, et les jardins. Toute la plante est toxique pour les chiens, les chats, les petits mammifères et les chevaux.

Symptômes: Vomissements, diarrhée, salivation, coliques, sécrétion excessive d’urine, perturbations du rythme cardiaque, refroidissement.            

            Adonide de printemps           

            Plante sauvage très toxique. Plante herbacée vivace avec un rhizome brun-noir et des fleurs jaunes. Floraison de mai à juin. Sur les collines ensoleillées et les pentes herbeuses. Toute la plante est toxique pour les chiens, les petits mammifères, les chevaux et  surtout les chats. Symptômes: Vomissements, coliques, ev. arythmie cardiaque.

            Anguine – Calle de marais            

            Plante sauvage toxique. Habitat: Marais, marécages et aulnaies. Toute la plante (surtout les feuilles et les baies) est toxique pour  les chiens, les chats, les petits mammifères et les chevaux.

Symptômes: Inflammation de l’estomac et des intestins, salivation, altérations des muqueuses de la gueule.            

            Anémone de bois            

            Plante sauvage toxique. Habitat dans les forêts de feuillus, les buissons et les prairies. La plus haute teneur en poison lors de la floraison. Chevaux, chiens, chats et petits mammifères concernés.

Symptômes: Salivation, vomissements, diarrhée, urine contenant du sang, lors d’une forte dose mort par paralysie respiratoire ou collapsus de la circulation.      

 

      CHAMPIGNONS VENENEUX

            Amanite phalloide – Agaric bulbeux         

           Champignon extrêmement toxique. Juillet à octobre dans les forêts de  feuillus. Tout le champignon est toxique pour les chiens, chats, petits mammifères et chevaux.

Symptômes: Malaise, vomissements, diarrhée, après 12-24 heures graves dommages au foie et rénaux.

            Amanite vénéneuse – Amanite vireuse          

            Champignon extrêmement toxique. Juillet à octobre dans les forêts de  conifères. Tout le champignon est toxique pour les chiens, chats, petits mammifères et chevaux.

Symptômes: Malaise, vomissements, diarrhée, graves dommages au foie et rénaux.

            Cortinaire des montagnes           

            Champignon extrêmement toxique. En septembre-novembre sur le bois  pourri. Tout le champignon est toxique pour les chiens, chats, petits mammifères et chevaux.

Symptômes: Malaise, vomissements, diarrhée, après 12-24 heures graves dommages au foie et rénaux.

            Galère marginée            

            Champignon extrêmement toxique. En septembre-novembre sur du bois  pourri. Tout le champignon est toxique pour les chiens, chats, petits mammifères et chevaux.

Symptômes: Malaise, vomissements, diarrhée, après 12-24 heures graves dommages au foie et rénaux.

             Gyromitre moricaude  Morille brune            

Champignon extrêmement toxique. Au printemps dans les forêts de pins sur sols sablonneux. Tout le champignon est toxique pour les chiens, chats, petits mammifères et chevaux.

Symptômes: Malaise, coliques, vomissements, diarrhée, arrêt total de la sécrétion d’urine, défaillance circulatoire et des reins, hémorragies des organes.

 

LES SPORTS CANIN

Depuis quelques années, la pratique du Sport Canin s’est considérablement développée dans nos régions, et c’est tant mieux. Bénévoles et professionnels accomplissent un travail considérable, tant sur le terrain que dans les tâches administratives. Les cynophiles rencontrent auprès des Instances, Clubs et Associations l’expérience et les conseils qui leur permettent de mieux comprendre, et donc de mieux aimer leur compagnon favori.

Le Sport Canin est désormais pour nos amis à quatre pattes un facteur d’intégration sociale et d’épanouissement. Chaque chien, quelles que soient sa race, sa taille ou ses origines, peut désormais pratiquer une des activités sportives, nombreuses et variées.

L’AGILITÉ

L’agility est une discipline ouverte à tous les chiens. Elle consiste à leur faire négocier divers obstacles pour mettre en valeur leur intelligence et leur souplesse. Cette discipline implique une bonne harmonie entre le chien et le maître pour aboutir à une entente parfaite de leur équipe. Les participants posséderont à cet effet les notions de bases d’éducation et d’obéissance.

LE CANICROSS

Discipline ayant comme spécificité l’union d’un seul chien et d’un coureur à pied reliés entre eux de façon bien définie, effectuant de concert le même effort physique sur un parcours tracé à l’avance.

LE CANICYCLOCROSS

Cette discipline est une variante du canicross, l’équipe étant constituée d’un seul chien et d’un cycliste, reliés entre eux de façon bien définie

LE FIELD TRIAL

Le premier objectif de ces concours de chasse est de constater, de privilégier et de primer les qualités naturelles des différentes variétés de Spaniels. Ces épreuves ont pour but de mettre en valeur les reproducteurs d’élite qui se seront signalés par leurs qualités naturelles de nez, de style, d’allure, d’endurance, d’initiative et de disposition à recevoir et à conserver le dressage reçu et susceptibles d’engendrer d’autres grands trialers et de nombreux chiens de chasse de tout premier ordre.

LE FLY-BALL

Cette discipline est, en fait, une course de relais mettant en compétition deux équipes de quatre chiens (ou plus) sur deux parcours identiques et parallèles. Au signal du juge, les deux premiers chiens s’élancent, franchissent chacun de leur côté une série de quatre haies au bout de laquelle est placée une boîte contenant une balle. Pour l’attraper, le chien doit appuyer sur une sorte de pédale qui, en déclenchant un ressort, propulse le projectile à une hauteur de 60 centimètres. La tâche du chien consiste à happer la balle en plein vol pour gagner un maximum de temps et à la rapporter à son maître en franchissant le parcours de haies en sens inverse. Dès qu’il a sauté le dernier obstacle, un autre chien peut prendre le départ. Le chronomètre ne s’arrête qu’une fois le parcours du dernier concurrent achevé. A égalité de fautes (refus de haies), l’équipe qui a réalisé le meilleur temps remporte l’épreuve.

L’OBEISSANCE

Les Concours d’OBEISSANCE sont réservés aux chiens de toutes races reconnues par la SCC. Les chiens appelés à concourir devront obligatoirement posséder leur Carnet de Travail qui est délivré par la SCC.

RALLYE  O  (Rallye d’obéissance)

Le Rallye O est un sport amusant pour le maître et le chien. Il est ouvert à tous les chiens de race pure ou non. Le Rallye O est une activité relativement nouvelle qui combine les sports d`obéissance et d’agilité. En fait, le Rallye O va au-delà de l`obéissance fondamentale en rassemblant plus de quarante mouvements d`obéissance, incluant les positions de base, la marche au pied, le assis, le coucher, le rappel et les virages, de même que le slalom, un tunnel et un saut. Le sport exige aussi une allure vive, une attitude positive, des mouvements dynamiques.Le parcours du Rallye O est exécuté par une équipe manieur/chien. Chaque station indique un exercice d’obéissance à effectuer. Avant le départ, le manieur a dix minutes pour marcher et se familiariser avec le parcours (sans le chien).

LE RING

Comme son nom l’indique, le Ring se déroule dans un ring clos. C’est une discipline très ancienne en France qui comporte :

  • des exercices d’assouplissement : suite au pied en laisse, suite muselée, absence du conducteur, rapport d’objets, positions à distance, en avant, refus d’appâts.
  • des exercices de saut : palissade, « fossé », haie.
  • des exercices de mordant : attaque lancée de face, défense du maître, fausse attaque, attaque fuyante, recherche et conduite.

PULKA ou skijoering

Elle se compose d’un skieur de fond faisant équipe avec 1 ou 2 chiens, attelés à une barquette appelée Pulka. Cette dernière est lestée en fonction du nombre de chiens.

TRAINEAU

L’équipe est composée d’un conducteur, ou musher, et d’un traîneau relié à un attelage de chiens nordiques. Suivant la distance parcourue le traîneau peut avoir des formes et des matériaux différents.

LE TRAVAIL A L’EAU

Différentes épreuves et passages de degrés et du Brevet de sauvetage.

TRAVAIL SUR MOUTONS

Les concours sont réservés aux chiens de Berger ou de Bouviers, conduits par des professionnels de l’élevage.

 

L’ODORAT CHEZ LE CHIEN

Pourquoi les chiens ont-ils l’odorat si développé ?

L’odorat du chien est un million de fois supérieur à celui de l’humain. Les odeurs en suspension dans l’air sont captées par des cellules spéciales regroupées. On appelle ce regroupement la tache olfactive. Cette tache est située dans le haut et vers l’arrière du nez, très près du cerveau. Chacune de ces cellules olfactives possède des petits cils enrobés de mucus qui prennent les odeurs au piège. Les cellules olfactives transmettent les informations au centre de l’odorat du cerveau par le nerf olfactif. Le cerveau interprète les informations reçues. Chez l’humain, la tache olfactive est très petite, environ 4 cm2 de superficie (plus petit qu’un timbre) et contient environ 5 millions de cellules olfactives. Chez le chien, la tache olfactive est beaucoup plus grande. Selon la race, elle peut atteindre une superficie de 150 cm2 (chez le berger allemand) et contenir de 125 à 200 millions de cellules olfactives. Plus il y a de cellules olfactives, plus l’odorat est développé. Les chiens sont capables de détecter de très faibles quantités de substances odorantes. Le flair est différent d’une race à l’autre et aussi d’un individu à l’autre. Par exemple, les champions sont les bassets et les bergers, on dit qu’ils ont un « grand nez ». Par contre, les dogues, les lévriers et les terriers ont moins de nez. On dit d’eux qu’ils ont le nez « court ». Grâce aux qualités subtiles de son odorat, le chien est utilisé par l’homme pour déceler les fuites de gaz, par les services de police dans la recherche des drogues, et par les sauveteurs, dans la recherche des victimes d’avalanches ou de blessés enterrés sous les décombres. La performance du chien pisteur dépend de plusieurs facteurs : la fraîcheur de la piste, la santé du chien (un chien en bonne santé a la truffe humide et cette surface mouillée aide à retenir et à absorber les odeurs qui flottent dans l’air), la présence ou l’absence de végétation qui retient les odeurs, l’état de sécheresse du sol ou son degré d’humidité (l’humidité retient davantage les odeurs) D’autres facteurs entrent en ligne de compte : les conditions météorologiques, les conditions du champ électromagnétique (il est plus difficile de pister par temps orageux ou dans le voisinage d’une ligne à haute tension). Le sexe du chien est également un facteur déterminant : en général, les femelles pistent mieux que les mâles.

 

SACHEZ QUOI FAIRE FACE AUX CHIENS ERRANTS

Beaucoup de marcheurs, de skateboards et de cyclistes se frottent chaque jour à des chiens, souvent de façon inattendue. On en ressort plus ou moins serein, parfois effrayé et pas toujours indemne.

Quelle est l’attitude à adopter ?

  • Essayer d’éviter un contact visuel direct avec le chien, ce qu’il peut interpréter comme une menace. Mais ne le perdez pas de vue…..
  • Arrêtez de marcher et essayez de rester statique quand le chien vous approche. Il est préférable de garder une distance de sécurité
  • Si le chien n’est pas agressif et qu’il vient près de vous, laissez-le vous renifler mais soyez prêt à éviter un mouvement brusque de sa part.
  • Surtout ne criez pas, cela pourrait être interprété comme une menace.
  • Faites un effort pour rester détendu et calme quand le chien vous approche. Les chiens sentent la peur. La plupart du temps, le chien va continuer son chemin si vous n’avez pas peur ou que vous êtes indifférent.
  • Ce n’est pas le bon moment pour être amical. N’essayez pas de sympathiser avec un animal errant, un chien en train de manger ou de dormir. Laissez-le tranquille afin d’éviter d’éventuelles morsures.
  • Si vous êtes poursuivi, à moins d’avoir une sacré longueur d’avance, ne tentez pas de vous enfuir. La plupart des chiens courent plus vite que vous ne marcher, ils adorent chasser les objets en mouvement. Restez calme et statique, le chien perdra de l’intérêt.
  • Une fois que la bestiole a perdu de l’intérêt pour vous, éloignez-vous lentement dans la direction opposée.
  • Si vous continuez à croiser l’animal sur votre trajet régulièrement et qu’il continue de se montrer hostile, envisagez de changer de chemin ou signalez-le aux autorités avant qu’il ne blesse quelqu’un.
  • Si jamais un chien vous attaque, lancez-lui quelque chose comme un sac à dos ou un casque, ça le distraira le temps que vous trouviez un endroit pour vous mettre en sécurité ou grimper.
  • Si vous êtes attaqué, mettez-vous en position fœtale, protégez votre tête, vos oreilles, votre cou avec vos bras.
  • Portez systématiquement plainte à la police et allez voir un médecin immédiatement.
  • Emmenez un parapluie rétractable avec vous lors de vos randonnées, vous pourrez l’ouvrir à la dernière seconde pour effrayé le chien si il est menaçant.

Et que faire avec les chiens qui ne sont pas enfermés chez eux ?

Il est fréquent dans les campagnes que les chiens évoluent en liberté dans les cours des fermes. Vous devez donc être extrêmement vigilant quand vous passez devant chez eux. Pour le chien, un passage devant son lieu d’habitation est considéré comme une violation de territoire. Un fois que vous êtes sorti de son territoire, le chien vous laissera tranquille.

Si vous croisez un chien dangereux, il est préférable de prévenir la SPA au plus vite.

 

VOYAGER AVEC SON CHIEN

Si votre chien n’aime pas faire de l’automobile, voici une petite méthode pour l’habituer. Dans votre stationnement, moteur éteint, laissez les portes ouvertes. Assoyez-vous dans l’auto et lisez un livre calmement. Le chien viendra voir ce qui se passe. Invitez-le à venir vous rejoindre en entrant et sortant vous-même plusieurs fois s’il le faut. Avec une balle ou un autre jouet, amusez-vous autour de l’auto, puis à l’intérieur, en alternance. Offrez-lui une petite récompense une fois qu’il aura pris place sur le siège et montrez-lui que c’est amusant. Dix à 15 minutes par jour suffiront. Recommencez ce petit manège plusieurs fois pendant une semaine, en fermant les portes à l’occasion. Le chien sera de plus en plus en confiance. Après plusieurs séances de caresses et de récompenses, passez à l’étape suivante qui consiste à répéter le même manège, mais en mettant le moteur en marche. Après deux semaines de séances quotidiennes, effectuez de très petits trajets avec de préférence un autre conducteur. Histoire de pouvoir continuer à réconforter votre chien. En général, si vous lui faites suivre cette petite thérapie, il devrait prendre plaisir à sauter dans l’auto aussi souvent que vous le voulez.

Par contre, si votre animal souffre du mal des transports, demandez à votre médecin vétérinaire de vous conseiller un traitement préventif qui a pour nom Cerenia. C’est un tout nouveau médicament qui prévient le mal des transports canin et qui est maintenant offert dans les établissements vétérinaires partout au Canada. Conçu spécialement pour les chiens, Cerenia est facile à administrer, il ne cause pas de somnolence et son effet dure longtemps. Il existe aussi des colliers D.A.P. qui diffusent des phéromones apaisantes naturellement présentes chez le chien et qui ont comme effet de rétablir la stabilité émotionnelle de l’animal et de réduire son stress et son anxiété.

Pour ceux qui voyagent en automobile avec leur chien, voici quelques éléments importants à surveiller :

  1. Ne laissez jamais votre chien en liberté dans l’habitacle.
  2. Ayez une automobile à la grandeur du chien (par exemple, un danois dans une Yaris)!
  3. Ne voyagez jamais avec un chien sur les genoux.
  4. Ne laissez pas votre chien sur le siège avant à cause des dangers du sac gonflable.
  5. Un animal libre dans l’auto constitue un danger pour ce dernier et pour vous, car il peut devenir un projectile en cas d’accident ou d’un freinage brusque.
  6. L’installation d’une ceinture de sécurité devrait être obligatoire comme pour les humains! Il existe différents modèles de harnais et de ceintures qui s’attachent directement à la courroie ou à la boucle d’encrage de la ceinture. Toutefois, une étude réalisée dernièrement en Allemagne a démontré que plusieurs de ces harnais ne sont pas assez résistants en cas de chocs violents. Il faut donc être très sélectif.
  7. Votre chien doit voyager confortablement, mais aussi en sécurité!
  8. Il existe des filets que certains installent entre le siège arrière et le siège avant, mais ils assurent peu de protection et ne sont d’aucunes utilité si le chien est attaché comme il se doit!
  9. Le principe est le même pour les grilles. Et attention, il faut investir dans de la qualité sinon le tout ne résiste pas longtemps. De plus, la grille peut être utilisée lors d’un arrêt très court si on veut que le chien puisse se promener sur le siège arrière sans venir à l’avant.
  10. Si vous décidez d’aménager un habitacle dans la portion arrière de votre camionnette, sachez que lors d’une collision arrière, l’animal est sans protection.
  11. Ne transportez jamais un chien dans un véhicule décapotable ou dans la boîte arrière d’un camion.
  12. Attention aux fenêtres ouvertes, car il y a danger d’otites, de conjonctivites et de chutes hors du véhicule.
  13. Méfiez-vous des coups de chaleur dans les autos et ne laissez jamais un animal dans une automobile même à l’ombre et même pour quelques minutes.
  14. Évidemment, ne mettez jamais un animal dans le compartiment à bagages comme il m’est déjà arrivé de le voir.
  15. Ne donnez pas à manger à votre animal au moins 6 heures avant le départ. Par contre si vous administrez le Cerenia, il est suggéré d’offrir une collation ou un repas léger une heure avant le traitement (3 heures avant le transport) et d’administrer Cerenia 2 heures avant le transport. Il ne faut pas enrober les comprimés CERENIA d’aliments, car cela pourrait ralentir leur effet.
  16. Apportez une laisse et un collier avec médailles d’identification pour marcher sur le bord du chemin.
  17. Mettez la laisse à votre animal avant de débarquer et attention aux routes bruyantes qui peuvent effrayer l’animal.
  18. Donnez un peu d’eau lors du voyage.
  19. Faites des pauses pipi si le trajet est long.